mardi 2 décembre 2008

Editeur Propriétaire et Editeur OpenSource; est-ce si différent ?

Hier, j'assistais à la dernière table ronde du G9+ sur le thème de "L'économie des éditeurs Open-source : du dogmatisme au pragmatisme".

Une table ronde, à laquelle participaient :
  • Ludovic, le PDG fondateur de l'éditeur Open Source XWiki,
  • Gilles, un ancien collègue et un des responsables Open Source de Sun Microsystems et
  • Alexandre Zapolsky, le PDG fondateur de la SSLL Linagora et Président de la FNILL.
Une table ronde fort intéressante pour tenter de mesurer le degré de dogmatisme qui subsiste ou non, chez les acteurs de l'Open Source en France.
Au-delà de ce point, que je laisserai les participants ayant assisté à ce débat, juger, je souhaitai revenir dans ce premier billet sur un échange que j'ai eu avec Ludovic sur la supériorité ou non, du modèle Editeur de logiciels Propriétaire et du modèle Editeur Open-source.

J'entends ici parler des Editeurs, qui sont des industriels du logiciel, en règle générale des acteurs innovants et qui développent du code original, et les distinguer des Sociétés de Services (ou des SSLL) qui développent du logiciel à façon et/ou se positionnent en assembleur et/ou en intégrateur de briques logicielles.

En préambule, je dirai qu'il n'existe pas de différence fondamentale entre ces deux modèles, mais qu'une véritable frontière passe au cœur de la "communauté" Open-source et sépare
  • les Editeurs Open-source dont les "moteurs" sont (comme pour les Editeurs Propriétaires) le gain (d'argent) et
  • les Fondations Open-source dont les "moteurs" sont le don (de code).
Les Editeurs Open-source ne sont donc qu'une variation du modèle de business de l'Editeur Propriétaire; c'est, d'ailleurs, ce qu'a implicitement reconnu Alexandre Zapolsky en faisant référence à l'incompréhension des américains (dont le pragmatisme est, en règle générale, reconnu) vis à vis des modèles Open-source européens...
Les Editeurs Open-Source sont des éditeurs de logiciels qui diffusent le code source de leur logiciel et concèdent gratuitement le droit d'usage de celui-ci, voire d'une version d'entrée de gamme.

Revenons à mon échange avec Ludovic, sur la "supériorité" du modèle Editeur Propriétaire sur le modèle Editeur Open-source, si tant est que l'on puisse comparer deux modèles de business. En effet, il y a autant de modèles que d'acteurs...

La seule comparaison des deux éditeurs que nous avons respectivement créé - Jalios et XWiki - au travers de la consultation de leurs états financiers, ne suffirait pas à tirer une conclusion définitive. En effet, même étendue à tous les acteurs de chaque domaine, la "supériorité" d'un modèle de business ne se mesure pas uniquement à des ratios financiers sur des performances passées. Elle se mesure, le cas échéant, à la création de valeur future...

... et cette création de valeur générée par les Editeurs Propriétaires ne peut être que supérieure, toutes choses égales par ailleurs, à celle créée par les Editeurs Open-source :
  • l'Editeur Propriétaire fait, en effet, payer l'usage de ses logiciels. Si le client accepte de payer, c'est que le logiciel lui apporte une valeur, d'usage notamment. Ce surcroît de cash permet aux Editeurs Propriétaires d'attirer les meilleurs (ingénieurs et homme du marketing). Ceux-ci permettent alors aux éditeurs d'innover plus et/ou d'écouter mieux les attentes du marché (les clients). C'est un cercle vertueux qui s'auto-entretient.
  • A contrario, l'Editeur Open-source, qui renonce à se faire rémunérer pour la valeur qu'il crée et qu'il apporte au marché au travers de son logiciel, se prive d'une source de financement que le support et les services ne pourront jamais remplacer. Il est donc obligé, au choix, de se transformer en assembleur Open-source (mais est-il encore un éditeur ?) ou de limiter ses investissements en R&D ou en Marketing (connaissance marché) ... c'est un cercle vicieux.
Ce constat n'implique pas que les Editeurs Open-source doivent renoncer à leur modèle de business, il leur faut néanmoins en prendre conscience et faire leur choix en connaissance de cause.

2 commentaires:

ludovic a dit…

Oui c'est très différent.. Ma réponse:

http://www.ludovic.org/xwiki/bin/view/Main/Laisseznouspartager

Gilles Gravier a dit…

Interessante analyse, mais je ne suis pas d'accord avec le fait que l'editeur open source "se prive d'une source de financement que le support et les services ne pourront jamais remplacer". Si c'etait le cas, la plus part des societes editant de l'open source fermeraient boutique. Or ce n'est pas le cas.

Justement... l'editeur open source REMPLACE le financement habituelement fourni par la vente de licenses par un financement base sur un modele recurrent, previsible, donc plus interessant a long terme, base sur la vente de services a valeur ajoutee tels le support, les services, la formation, donc des services exploitant la competence et la connaissance liees au fait d'etre le developeur originel du logiciel.

C'est un modele sain et qui commence a avoir fait ses preuves depuis plusieurs decenies qu'on fait du logiciel libre, de l'open source, du freeware...